Qui étaient les chevaliers hospitaliers ?

Qui étaient les chevaliers Hospitaliers ?

de lecture - mots

Les chevaliers hospitaliers sont moins populaires que leurs proches frères Templiers. Cependant, ils ont été très importants et ont une histoire bien plus longue que les chevaliers de l’Ordre du Temple. Vous voulez en savoir plus sur ces bienfaiteurs ? Vous êtes au bon endroit ! 

Nous avons fait des recherches sur le sujet et sommes maintenant prêts à vous partager nos informations !

Les Chevaliers Hospitaliers sont nés de la victoire de la première croisade (1096-1099) et de la nécessité de protéger les pèlerins se rendant en Terre Sainte. Les Chevaliers Hospitaliers ont été le premier des ordres religieux médiévaux en plein essor à recevoir le soutien officiel du Pape, obtenu en 1113.

Dans cet article complet et concis, nous allons voir : 

  • L'Origine et la Création des Hospitaliers
  • Leur organisation et croissance 
  • Les Chevaliers et les Croisades
  • L'Ordre des Chevaliers Hospitaliers aujourd'hui

Ces glorieux personnages historiques n'auront plus aucun secret pour vous. 

Alors, n'attendons plus entrons directement dans le vif du sujet !

La Naissance de l'Ordre des Chevaliers de l'Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem

L'Ordre des Chevaliers de l'Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, abrégé en Chevaliers Hospitaliers ou Hospitaliers, tire ses origines d'un groupe de volontaires gérant un hospice créé en Terre Sainte par des marchands italiens faisant du commerce avec la Palestine, originaires des villes côtières d'Amalfi et de Salerne, en 1070.

L'hospice était situé sur le site d'une église consacrée à saint Jean, près du Saint-Sépulcre. C'est de cet emplacement que l'ordre tire son nom. Au cours des premières années de son existence, le réseau d'hospices, qui desservait les personnes de toutes les confessions était supervisé par les moines bénédictins de l'église Sainte Marie Latine, un complexe catholique composé d'une église, d'un monastère, d'une place de marché et d'un couvent, construit à l'époque de la domination musulmane et sur les ruines d'un établissement plus ancien détruit en 1009 par le calife égyptien al-Hakim.

En 2013, des archéologues israéliens ont redécouvert une portion de 3,7 acres du complexe hospitalier tentaculaire, avec ses plafonds de 18 pieds (5,5 mètres) et sa conception de voûte nervurée, près de l'église du Saint-Sépulcre, dans le quartier chrétien de Jérusalem, connu sous le nom de Muristan. À son apogée, il pouvait accueillir 2 000 patients et faisait également office d'orphelinat, les enfants grandissant pour devenir membres de l'ordre.

Avant la première croisade, Jérusalem était contrôlée par divers souverains musulmans de l'empire fatimide et de l'empire turc seldjoukide. La situation était compliquée et dangereuse pour les pèlerins chrétiens et les premiers Hospitaliers. Au départ, cette institution n'était ni grande ni un ordre religieux officiel, juste un petit groupe d'individus pieux apportant leur aide aux voyageurs malades et fatigués. À cette époque, Jérusalem se trouvait sur une frontière de guerre entre l'empire fatimide et l'empire turc seldjoukide et la ville changea de mains à plusieurs reprises. Néanmoins, les souverains de ces deux empires ont permis à ces premiers Hospitaliers de poursuivre leur vocation et l'hôpital a continué à soutenir les pèlerins jusqu'à l'arrivée de la première croisade en 1099.

Les conditions favorables qui ont suivi la première croisade et la création des États croisés ont permis à l'hospice de devenir indépendant des moines bénédictins et de contrôler ses propres affaires. L'afflux de pèlerins dans les années qui ont suivi la première croisade a contribué à faire de l'hospice un lieu important de l'Orient latin.

Chevaliers Hospitaliers de Jérusalem

Il est probable que le fondateur de l'ordre des Hospitaliers, le bienheureux Gérard (1040-1120), dont on sait très peu de choses, était un moine bénédictin. On l'a décrit comme un "homme vénérable et pieux", arrivé en Terre Sainte vers 1080 et rattaché à Sainte Marie Latine.

Les bonnes œuvres du bienheureux Gérard et de ses frères, qui s'occupaient des pèlerins, des malades et des sans-abri, ont amené le premier souverain de Jérusalem, Godefroy de Bouillon (1060-1100), à accorder aux Hospitaliers diverses propriétés. Son successeur, Baudouin Ier (c.1060-1118), a également fait des dons et a contribué à établir leur crédibilité auprès de la noblesse et de l'Église catholique.

En 1112, l'ordre reçoit le soutien financier du roi de Jérusalem et du patriarche de Jérusalem. Le bienheureux Gérard a reçu un soutien supplémentaire le 15 février 1113, lorsque le pape Pascal II (vers 1050-1118) a reconnu l'ordre dans la bulle papale Pie Postulatio voluntatis (Une pétition volontaire faite avec dévotion), et confirmée par le pape Calixte II en 1119.

Elle plaçait les Hospitaliers sous la protection directe de Rome, leur accordait le droit de nommer leur propre Grand Maître, ils n'avaient pas à payer de dîmes et leurs frères et sœurs étaient liés par des vœux de chasteté, de pauvreté et d'obéissance.

Organisation et expension des Hospitaliers

Les Hospitaliers étaient classés en chevaliers, en clercs et en frères servants. La classe des chevaliers était issue de l'aristocratie européenne. Les Hospitaliers ont fini par se militariser, mais on ne sait pas exactement quand.

À l'origine, les Hospitaliers portaient un surcot noir avec l'étoile à huit branches de la croix d'Amalfi comme insigne, selon le Musée de l'Ordre de Saint-Jean, ce qui les distinguait des autres ordres, comme les Templiers, qui portaient un surcot blanc avec un drapeau rouge.

Chevalier Hospitalier en armure

Nous ne savons pas quand exactement ils se militarisent, mais des documents font état de batailles menées par les Hospitaliers entre 1120 et 1160.

Bien qu'ils soient une organisation plus ancienne que les Templiers, ils ne se militarisent réellement qu'après la création des Templiers en 1120.

Dans le cadre de leur double fonction d'humanitaires et de moines guerriers, ils ont admis des hommes et des femmes comme frères et sœurs hospitaliers. Leurs possessions initiales étaient situées dans les États croisés, comme des forts et divers domaines, mais ils se sont rapidement développés et ont reçu des dons de terres et d'autres richesses de toute l'Europe. 

Les Hospitaliers regroupaient ces propriétés en "commanderies", qui étaient essentiellement des groupes de biens locaux - fermes, mines, salines, moulins, églises, etc. - coordonnés autour d'un centre administratif central. 

La croissance rapide de l'infrastructure des Hospitaliers à l'ouest leur a apporté d'énormes richesses qu'ils pouvaient ensuite envoyer à l'est pour soutenir leurs activités militaires et médicales dans le royaume de Jérusalem. Grâce à ces ressources, l'ordre a également étendu son rôle dans les États croisés, en renforçant sa présence dans le royaume de Jérusalem et en fournissant également des troupes et des garnisons pour protéger les territoires plus septentrionaux du comté de Tripoli et de la principauté d'Antioche.

Chypre, Île de Rhodes : Les Hospitaliers après les croisades

Lorsque le sultanat ayyoubide de Saladin a repris Jérusalem en 1187 et que les derniers États croisés sont complètement tombés en 1291, les Hospitaliers se sont retirés sur l'île de Chypre.

En 1306, les forces hospitalières entament la conquête de l'île de Rhodes, alors techniquement une possession de l'Empire byzantin, bien que sous contrôle génois.

En 1309, ils acquièrent Rhodes, l'île grecque au large de la Turquie continentale, et l'utilisent comme base d'opérations. Les Hospitaliers sont alors connus sous le nom de Chevaliers de Rhodes et reprennent leur lutte contre les empires musulmans autour de la Méditerranée, cette fois en haute mer.

Rhodes avait d'importantes liaisons maritimes et des connexions avec d'autres parties de la Méditerranée et les Chevaliers de Rhodes ont également capturé de petites îles comme Kos et géraient leurs affaires depuis une fortification située dans le port de Rhodes.

En 1523, leur séjour à Rhodes prend fin lorsque le souverain turc Soliman le Magnifique (1494-1566) s'empare de l'île en utilisant 400 navires et 10 000 hommes pour remporter une bataille décisive. En 1530, Charles Quint, l'empereur du Saint Empire romain germanique, a accordé à l'ordre l'île de Malte, en échange du don annuel d'un faucon au vice-roi de Sicile.

Moine Guerrier de l'Ordre de Saint Jean de Jerusalem

Les Templiers s'installent également à Chypre et construisent une force navale mais, là où leurs tentatives de reprendre l'offensive échouent gravement, les Hospitaliers se montrent plus efficaces.

Après la dissolution des Templiers, en 1312, les Hospitaliers ont reçu du pape Clément V des terres et des donations du groupe disgracié, mais ils ont eu quelques difficultés à les réclamer. 

Avec les échecs des ordres religieux-militaires dans la défense des États croisés, les Hospitaliers ont été sauvés d'un destin similaire. Leur vocation médicale signifiait que, même lorsque leurs activités militaires échouaient, ils pouvaient toujours se présenter aux contemporains comme jouant un rôle important dans la société.

En outre, peu après la chute d'Acre, en 1291, les Hospitaliers ont transféré leur siège à Chypre et ont constitué une force navale pour poursuivre leurs guerres contre l'empire mamelouk et d'autres puissances voisines. 

En tant que Chevaliers de Malte, ils ont pris part à des batailles décisives contre les forces navales turques, souvent en association avec des pays et des souverains catholiques, comme la bataille de Lépante en 1571, et ont construit la capitale de Malte, La Valette, nommée en l'honneur de leur grand maître, Jean Parisot de la Valette.

Pendant les périodes de Rhodes et de Malte, ils étaient tout simplement très bons dans ce qu'ils faisaient. Ils ont eu beaucoup de succès dans les campagnes navales et dans la lutte contre la piraterie.

Juste avant d'être chassés de Malte par Napoléon en 1798, ils avaient réduit leurs patrouilles navales car il n'y avait plus assez de pirates à combattre.

Les Chevaliers Hospitaliers existent-ils  toujours aujourd'hui ?

En 1798, Napoléon Bonaparte a expulsé les Chevaliers de Malte. À partir de là, l'ordre s'est scindé en plusieurs pays européens et a essentiellement abandonné son aile militariste. Il a poursuivi ses activités en tant qu'organisation humanitaire et de soins.

Après Malte, il y a eu une période étrange où une branche est partie en Russie, où elle a laissé le tsar devenir son grand maître. Ensuite, pendant quelques décennies, ils n'ont plus vraiment de Grand Maître.

Depuis lors, c'est leur travail humanitaire qui les fait vivre. Si vous combinez tous les groupes qui ont succédé aux Hospitaliers, ils sont la troisième plus grandes associations de charité dans le monde aujourd'hui, donc c'est une partie significative de ce qui les maintient en vie.

Une foule d'organisations modernes maintiennent la continuité avec les Hospitaliers et les Chevaliers de Malte. L'Ordre Souverain Militaire de Malte, un groupe catholique basé à Rome, qui compte plus de 13 500 membres, est actif dans 120 pays à travers le monde et perpétue la tradition d'assistance et d'engagement dans des projets sociaux. Sa devise est "Tuitio Fidei et Obsequium Pauperum" (nourrir, témoigner et protéger la foi ; et servir les malades et les pauvres."

Chevaliers de Malte aujoud'hui

Le récit de ces héros vous a inspiré ?

Ces hommes et femmes sont absolument inspirants ! Leur charité inébranlable et leur volonté d'aider les autres sont simplement magnifques. Cela nous incite à les imiter. 

Nous espérons que cet article vous a apporté toutes les réponses que vous attendiez ! 

Si cet article vous a plu, nous vous invitons à visiter notre boutique en ligne où nous vendons de sublimes bijoux. En plus, nous reversons 10% de nos bénéfices à des associations chrétiennes !

N'attendez plus et profitez de la livraison gratuite en cliquant sur l'image ci-dessous : 

Pendentifs Croix Bijoux Chrétiens

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.